Une union intitulée « Cuxhaven pour le respect et la dignité humaine » a pris l’initiative d’un rassemblement le 2 avril sur la place du marché près de l’église St Martin. Une invitation est lancée pour les réfugiés ukrainiens déjà à Cuxhaven (il en arrive un bus tous les deux jours avec 21 réfugiés) ainsi qu’aux personnes ayant des racines russes. « Beaucoup d’entre eux condamnent les agissements de Poutine », souligne le maire, Uwe Santjer, qui sera l’animateur du meeting. Ukrainiens et Russes ne seront pas de simples assistants : ils sont invités à prendre la parole. La rencontre s’achèvera par une prière oecuménique (les luthériens allemands savent que l’Ukraine et la Russie sont de confession orthodoxe), c’est une manière d’exprimer « respect et dignité ».

L’autre marque spectaculaire de cette initiative, c’est l’affiche qui l’annonce. Un texte bref : « Cuxhaven ist bunt », Cuxhaven est colorée. Ces couleurs sont celles de la foule silhouettée de dos face au drapeau ukrainien, sur fond gris de la Kugelbacke. Double affirmation de multiethnicité et d’union pour l’Ukraine.
Par ailleurs, un troisième centre d’accueil collectif va ouvrir, l’ancien centre de pédiatrie, après la caserne d’Altenwalde et la clinique de Sahlenburg.



Cuxhaven est une ville (relativement) jeune : 125 ans…seulement. Elle a fêté cet anniversaire le 17 mars, jour de la saint Patrick (Cuxhaven était auparavant une dépendance de Hambourg, son avant-port). Le maire, Uwe Santjer, en a profité pour honorer quelques citoyens remarquables par les longues années passées au service de la collectivité, dont les anciens maires de Sahlenburg et d’Altenbruch. Ces communes ont été intégrées à la Ville, tout comme Altenwalde et Lüdingworth. Ces quatre anciennes comunes ont conservé leur conseil et leur maire délégué. Elles sont jumelées respectivement à Theix, Sulniac, Saint-Avé et Elven.


 

Solidarité multiforme. Ce fut aussi l’occasion d’évoquer l’accueil des réfugiés Ukrainiens, 150 dans le Kreis à la date du 15 mars. « Il y en aura beaucoup plus », a dit le maire, « bientôt 3 000 » ; Cuxhaven est « une terre d’asile », a-t-il ajouté,  se souvenant de la période de l’éclatement de la Yougoslavie et des révolutions d’Irak et d’Iran. Il a aussi mis en garde de « ne pas maltraiter [nos] concitoyens russes, ce ne sont pas eux les responsables » de ce qui se passe en Ukraine.



600 élèves de la Reale Schule, avec leurs enseignants, ont envahi la pelouse de leur école pour former en cercle l’insigne mondial de la paix. En deux semaines la Table Ronde de Cuxhaven a collecté 1,6 million d’euros de dons. 29 camions de l’association Freunde Helfer, remplis de divers matériels ont fait le voyage vers l’Ukraine. Les bâtiments de l’ancienne clinique Seehospital ont été « réactivés » pour recevoir des réfugiés.

4 mars. Cuxhaven se prépare à recevoir des réfugiés ukrainiens, comme avaient été reçus en 2015 et 2016 des Syriens , Afghans, Iraniens et Irakiens. C’était dans une ancienne caserne d’Altenwalde où l’on peut abriter un millier de personnes. Elle va être remise dans un état accueillant. L’association « Coeur ouvert Altenwalde » est restée active depuis 2016. D’autre part, 34 Ukrainiens vivant à Cuxhaven (100 dans le Kreis) pourront jouer le rôle d’interprètes.
Des collectes sont organisées sur deux jours dans deux quartiers.
Deux églises, l’une catholique, l’autre protestante, invitent à la prière » les croyants de toutes confessions, fervents ou non ».

12 mars. Les choses avancent. Un premier bus est arrivé à Cuxhaven le 10 mars, avec 42 réfugiés à bord, dont une femme parturiente qui a donné naissance à une fille au Seehospital de Cuxhaven. D’autres bus sont annoncés prochainement.

Sources : Jean Pinvidic / Cuxhavener Nachrichten

Sur le port industriel de Cuxhaven, la firme chinoise Titan Wind Energy vient de reprendre Ambau qui construisait des fondations pour éoliennes off-shore. Titan demeure sur le même créneau mais en taille XXL : des « monopiles » de 10 m de diamètre et d’un poids de 5000 tonnes pour des machines de 15 Mw. L’entreprise occupera un terrain de 62 hectares au droit des trois nouveaux postes d’amarrage en attente de finalisation. L’investissement prévu se monte à 100 millions d’euros et le nombre d’emplois à 300.

Le voisin, Siemens-Gamesa fabrique déjà des rotors et les stocke sur 20 ha. Les deux entreprises pourront livrer à un nouveau parc de 60 machines de 15 Mw en projet en Mer du Nord. Outre les emplois directs, l’éolien associe beaucoup d’activités annexes. Une aubaine pour Cuxhaven, comme le souligne Thomas Sassen dans son excellente page (Cuxhavener Nachrichten du 25 février). Et un nouvel élément dans le paysage de Cuxhaven-Altenbruch.

Sources : Jean Pinvidic / Cuxhavener Nachrichten / Titan Wind Energy Europe

Cuxhaven vient de publier les résultats de son recensement complet à la date du 31 décembre 2021. Sa population totale continue de baisser : 49 318 habitants ; ils étaient 54 500 en 1997. On est loin des records de la décennie 1960/70 à plus 60 000 habitants. L’excédent de décès sur les naissances (+376 en 2021) n’est pas a seule explication : la fonte de la pêche hauturière, entre autres, est massive : il ne reste plus que cinq chalutiers de haute mer pour « aller au cabillaud ».
Pourtant la ville reste attractive : 12 % des habitants sont originaires d’une autre nation, soit 5903 personnes de … 108 nations ! Les 1181 Portugais tiennent le premier rang depuis longtemps : parmi eux beaucoup étaient venus pour la pêche et ont fait racine. Le top cinq est complété par 747 Syriens (dont un certain nombre de réfugiés), 451 Turcs, 384 Espagnols, 299 Bulgares, …


Et les originaires des villes jumelles ? Paradoxalement ce sont les 34 personnes originaires de New Bedford (USA) qui sont en tête. Il n’y a pas avec cette ville un jumelage officiel mais un « traité d’amitié ». De Penzance (GB) ils sont 18, de Hafnarfjördur (Islande) 13, de Vannes 10.
L’âge moyen de la population cuxhavenoise est de 48,1 (44,6 au niveau national). Il y a 15 personnes de plus de 100 ans; l’aînée des femmes (elles sont 13) est née en 1918 ; l’aîné des hommes est né en 1919. Trois femmes et un homme de plus pourraient passer le cap des 100 ans en 2022.
Tout ceci fait, somme toute, même sans entrer dans plus amples détails, un portrait assez attachant de la ville, … notre jumelle depuis bientôt 60 ans (en 2023).

Sources : Jean Pinvidic / Cuxhavener Nachrichten

Dans le journal (Cuxhavener Nachrichten) du 22 février dernier, une page était consacrée à la production du lait dans le Kreis de Cuxhaen. Thomas Stürtz, éleveur à Dorum (de la commune de Wurster Nordseeküste jumelée à Ploeren), préside le « Deutsch Milchkontor », la plus grosse laiterie d’Allemagne. Dans le Kreis de Cuxhaven, on ne compte pas moins de 100 000 vaches laitières qui produisent un milliard de litres par an. Il y avait 4 600 élevages en 1977, ils ne sont plus que 840 aujourd’hui, avec une moyenne de 120 bêtes par élevage. 70% des éleveurs du Kreis livrent au Deutsch Kontor.
M. Stürtz se réjouit d’une remontée du prix du lait pour l’éleveur à 44 centimes le litre, 10 de plus que l’an dernier. Le contexte sanitaire lui fait espérer un maintien à ce niveau. Quant à l’avenir dans la région de Cuxhaven, l’éleveur reste prudent : on ne compte qu’une poignée de projets d’installation ou de reprise.

Sources : Jean Pinvidic / Cuxhavener Nachrichten

En 2008 le Kreis de Cuxhaven faisait l’acquisition de la maison du poète Hermann Allmers (1821-1902) à Rechtenfleth, sur la Mer du Nord. (C’est un édifice d’inspiration du nord italien). Faute de finances, elle est restée depuis sans exploitation. Dans sa séance de février le conseil du Kreis vient de décider de la rouvrir et d’en confier la garde à un « maître de maison ». Une somme de 50 000 € y est consacrée sur le budget 2022 et 150 000 sont prévus sur 2023.

La maison sera ouverte comme musée. Allmers eut de nombreuses relations avec les artistes et les savants de son époque. Johannes Brahms a mis en musique deux de ses poèmes.

Devant l’entrée, dans le jardin, on peut admirer un buste du poète taillé das un gros bloc façon menhir. Un nouveau motif de visite touristico-culturelle lors de voyages à Cuxhaven…

Sources : Jean Pinvidic / Cuxhavener Nachrichten

Dans la nuit du 1er au 2 février vers 23h30, un cargo de l’armement Maersk a buté sur un haut-fond devant l’île de Wangerooge.

C’est le « Mumbaï Maersk », 399 m de long, 58 de large, 12,8 m de tirant d’eau. Il avait 7 300 conteneurs à son bord.

Après plusieurs essais infructueux de dégagement, il a fallu appeler à l’aide. D’abord, deux remorqueurs de haute mer venus de Cuxhaven, bientôt renforcés par deux autres venus des Pays-Bas voisins, ont réussi le déséchouage au bout de 36 minutes de traction (le journal est précis !).  En cas de besoin, il y avait en outre sur zone, cinq remorqueurs « normaux » (c’est l’adjectif choisi par le journaliste pour désigner des remorqueurs côtiers de plus faible puissance). Il a fallu faire appel aux remorqueurs néerlandais parce qu’un autre remorqueur de Cuxhaven était déjà en mer sur une autre mission. C’était le « Havariekommando » de Cuxhaven qui avait la direction de cette opération.

Il n’y a pas eu de victime ni de gros dégâts à bord. Le bateau a pu reprendre sa route après des contrôles à Bremerhaven.

Ce fait de mer met en lumière la fragilité de la navigation dans ces parages très fréquentés par de gros navires (vers Wilhelmshaven, Bremerhaven, Cuxhaven, Hambourg, …). Une fragilité coûteuse car le dragage quasi permanent des estuaires de la Weser et de l’Elbe coûte des fortunes et l’évacuation des sables donne lieu à des polémiques tout aussi permanentes !

Sources : Jean Pinvidic / Cuxhavener Nachrichten

Le journal du 12 janvier a publié la démographie 2021 de notre ville jumelle. La Covid aurait-elle boosté les naissances ?

  • 651 naissances, garçons et filles à égalité, contre 575 en 2020. Les prénoms les plus donnés au plan national ont été Emilia et Matteo, à Cuxhaven Lina et Milan.
  • 731 décès, 773 en 2020. Le solde défavorable entre naissances et décès est une tendance lourde, la population de la ville est tombée de 49093 en 2011 à 48356 en 2020.
  • 407 mariages ont été célébrés (502 en 2020), dont 155 dans le phare « Dicke Berta », 125 au Château, 123 à L’Hôtel de Ville, 2 à la « Villa Gehben », 1 à l’hôpital. Le bateau-phare Elbe 1 était out en raison de la pandémie. Les mois les plus courus ont été août (66) et juillet (61).
  • Radiation des registres religieux. En Allemagne le régime de laïcité à la française n’existe pas. Les registres d’appartenance religieuse sont officiels et l’Etat perçoit l’impôt pour les églises. Si l’on souhaite être exonéré il faut se faire radier ; en 2021 ils ont été 370 habitants de Cuxhaven à en faire la demande (277 en 2020). Tendance là aussi assez constante.
Pas de mariage en 2021 sur l'Elbe 1 !
Pas de mariage en 2021 sur l’Elbe 1 !

Sources : Jean Pinvidic / Cuxhavener Nachrichten

En ce début d’année 2022, Cuxhaven a connu des marées impressionnantes et même… débordantes !

Les touristes reviennent mais ils sont d’un genre un peu… « particulier » : Attachez votre chien et cliquez ici…

D’un autre côté, autant qu’ils en profitent avant la marée haute qui risque d’emporter les aménagements de la plage : Si, si , il y a normalement une plage à cet endroit-là !